Vous êtes ici : Actualités > Les lanceurs d’alerte au programme de l’émission Service public sur France (...)

Les lanceurs d’alerte au programme de l’émission Service public sur France Inter

18 janvier 2012

Service public a consacré une de ses émissions aux lanceurs d’alerte "de tous bords" : de la recherche, du monde de l’entreprise, ou encore de la banque et de la finance.

Pour reprendre la définition du lanceur d’alerte de la fondation sciences citoyennes : « Simple citoyen ou scientifique travaillant dans le domaine public ou privé, le lanceur d’alerte se trouve à un moment donné, confronté à un fait pouvant constituer un danger pour l’homme ou son environnement, et décide dès lors de porter ce fait au regard de la société civile et des pouvoirs publics. Malheureusement, le temps que le risque soit publiquement reconnu et s’il est effectivement pris en compte, il est souvent trop tard. Les conséquences pour le lanceur d’alerte, qui agit à titre individuel parce qu’il n’existe pas à l’heure actuelle en France de dispositif de traitement des alertes, peuvent être graves : du licenciement jusqu’à la « mise au placard », il se retrouve directement exposé aux représailles dans un système hiérarchique qui ne le soutient pas car souvent subordonné à des intérêts financiers ou politiques. »

Les lanceurs d’alertes ont souvent à subir les représailles de leur hiérarchie, qui peuvent aller de la simple mise au placard (cas de Christian Vélot de la fondation sciences citoyennes) à la menace physique (cas de Bill Black dont les ECLM publient le livre Une fraude presque parfaite).

Étaient réunis autour de la table :
Christian Vélot, généticien, enseignant chercheur à l’Université Paris sud. Administrateur de la Fondation « Sciences citoyennes ». Lanceur d’alerte.
Irène Frachon, docteure, Pneumologue, qui a révélé le scandale du Mediator.
Aurore Lalucq, économiste de l’Institut Veblen
Jean-Paul Bouchet, Secrétaire général de la CFDT Cadres. Membre du réseau IRESCA.
Au téléphone :
Christian Marinetti, professeur, chirurgien qualifié en chirurgie plastique, réparatrice et esthétique, président de la clinique Phénicia à Marseille.

Reportage de Dorothée Barba
Témoignage d’une ancienne cadre d’un grand groupe, qui a été licenciée après s’être opposée à des activités frauduleuses. Elle ne souhaite pas révéler son nom, ni celui de l’entreprise dans laquelle elle a lancé cette alerte. La justice lui a finalement donné raison, son licenciement a été considéré sans cause réelle et sérieuse, et elle a été indemnisée. Mais cet événement a profondément marqué sa vie professionnelle et personnelle.

FPH siège social et bureau en SuisseAvenue Charles Dickens, 6CH 1006 Lausanne - Suisse ++ 41 (0) 21 342 50 10 contact.lausanne@fph.ch
FPH bureau de Paris38, rue Saint Sabin75011 Paris - France + 33 (0) 1 43 14 75 75contact.paris@fph.ch