Maîtrise sociale de l’innovation technique

Inscrire le développement technologique dans un projet de société solidaire et équitable.

Budget 2018-2020 : 600 000 €

Dans une conception positiviste technophile, l’innovation technique structure l’histoire humaine : moteur de l’économie et créatrice de bien-être, elle est l’essence du monde moderne. Contre cette lecture linéaire, se dresse une approche plus complexe qui intègre l’innovation technique dans un contexte socio-économique et historique au sein duquel plusieurs forces ‒juridiques, humaines, politiques, financières, etc.‒ interfèrent. Ses promoteurs soulignent également les impacts négatifs de certaines techniques, tant en termes d’environnement que de société et donc l’importance d’évaluer a priori l’impact d’une technique. Sur cette question, trois courants idéologiques se distinguent : le puissant courant technophile, peu sensible aux conséquences négatives de la technique ; un deuxième courant soutenant l’idée d’une régulation a posteriori de l’innovation ; et un troisième courant qui souhaite subordonner les choix techniques à un projet de société solidaire et équitable. Pour ce dernier courant, il ne s’agit pas d’être « pour » ou « contre » la technique, mais de se poser la question en termes de choix entre différentes options : Quelle/s innovation/s pour quel projet de société ? À qui sert l’innovation ? Qui utilise l’innovation ? Quel impact produit-elle sur l’organisation de la société et sur l’environnement ?

La fondation soutient les veilles citoyennes qui contribuent à construire le débat démocratique sur la maîtrise de l’innovation technique.

Programme : Transition vers des sociétés durables