Le commerce international et sa régulation à l’échelle des filières

Comment intervenir pour éviter les effets négatifs de la dérégulation du marché international du commerce ? Nous traversons une période de libéralisation du commerce, d’affaiblissement du rôle et de la puissance des États, qui a des conséquences néfastes sur le chômage, la pauvreté, la faim, l’environnement et les droits humains. Dans ce cadre, la fondation appuie la constitution d’un réseau d’acteurs pour avancer sur la construction de nouveaux modèles commerciaux et favoriser le développement du commerce équitable.

Budget 2018-2020 : 675 000 €

La globalisation économique s’est accompagnée d’un morcellement et d’un allongement des filières de production qui ont permis un dumping social et environnemental. Les productions ont été délocalisées dans des pays dont les droits sociaux étaient faibles ou inexistants. Dans ce contexte apparaît le commerce équitable. En développant, au sein des filières, des standards sociaux et écologiques plus élevés, il vise à rendre le commerce international juste et solidaire et d’en faire le vecteur d’un développement équilibré. Il est nécessaire que l’économie mondiale s’inspire du commerce équitable pour élaborer un socle social et environnemental universel dans l’esprit de la charte de la Havane de 1948.

La fondation appuie les acteurs du commerce équitable qui mènent un plaidoyer international en faveur de la généralisation de leurs principes.

Programme : Transition vers des sociétés durables