La CIMADE

Carte d’identité

La Cimade a été fondée en 1939 au sein des mouvements de jeunesse protestants. De sa mission initiale auprès des “évacués” de l’Alsace-Lorraine fuyant l’avancée nazie, elle a conservé son nom (dont la signification d’origine est “Comité Inter-Mouvements Auprès Des Évacués”), mais aussi un lien avec le monde protestant et surtout une fidélité aux valeurs et aux engagements de ses fondateurs.

Depuis plus de soixante ans, La Cimade a adapté son action aux enjeux de l’époque. Elle s’est engagée auprès des personnes juives menacées, a œuvré ensuite pour la réconciliation franco-allemande, s’est impliquée auprès des peuples du Sud en lutte pour l’indépendance et la décolonisation.

À partir de la fin des années 70, La Cimade s’implique de plus en plus en réaction aux projets de loi réduisant les droits des personnes immigrées. La grève de la faim en 1981 et la marche pour l’égalité et contre le racisme renforcent les positions politiques de l’association. Fidèle à ses principes, La Cimade entre dans les centres de rétention en 1984, pour y venir en aide aux personnes étrangères reconduites. Tout au long de son histoire, la Cimade est restée un mouvement engagé sans se satisfaire d’une simple posture caritative.

La Cimade en chiffres (2016) :

• 100 000 personnes conseillées, accompagnées, hébergées

• 98 lieux d’accueil

• 110 permanences juridiques et cours de langue français

• 80 000 contacts téléphonique et orientations

• 1 040 actions de sensibilisation

• 6 500 personnes accompagnées (dont 10% de femmes et 45 enfants) dans les 9 centres de rétention administrative dans

lesquels La Cimade intervient

• 2 800 personnes de 113 nationalités différentes, aidées en prison par 140 bénévoles présents dans 80 établissements

• 250 bénévoles impliqués dans des cours de français qui ont bénéficié à 1 640 apprenants

• 2 000 bénévoles organisés dans 12 régions, 88 groupes locaux

• 14 partenaires dans 7 pays (Algérie, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tunisie)

Objectifs

« La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, leurs opinions politiques ou leurs convictions. Elle lutte contre toute forme de discrimination et, en particulier, contre la xénophobie et le racisme. » (Article 1 des statuts de La Cimade)

Accueillir et accompagner

Chaque année, La Cimade accueille dans ses permanences plus de 100 000 personnes migrantes, réfugiées ou en demande d’asile. Elle héberge près de 200 personnes dans ses centres de Béziers et de Massy.

Agir auprès des personnes étrangères enfermées

Présente dans huit centres de rétention administrative pour accompagner et aider les personnes enfermées dans l’exercice de leurs droits, La Cimade agit également dans 75 établissements pénitentiaires.

Construire des solidarités internationales

En collaboration avec des associations partenaires dans les pays du Sud, La Cimade travaille autour de projets liés à la défense des droits des personnes migrantes dans les pays d’origine, de transit et d’accueil. Elle participe à la construction de la paix en Israël-Palestine.

Témoigner, informer et mobiliser

La Cimade intervient auprès des responsables politiques par des actions de plaidoyer. Elle informe et sensibilise l’opinion publique sur les réalités migratoires : mobilisations, presse, site Internet, réseaux sociaux, festival Migrant’scène. Elle construit des propositions pour changer les politiques migratoires.

Modes d’action

  • action juridique
  • action médiatique : tribune, papier d’opinion, campagne
  • développement d’outils et de méthodes participatifs
  • documentaires, films, vidéos, animations
  • élaboration de matériel pédagogique
  • formation
  • mise en réseau d’acteurs
  • mobilisation, manifestation
  • plaidoyer, lobbying, stratégie d’influence
  • production d’expertise
  • publication d’ouvrages, de revues
  • recherche, analyse
  • rencontres, échanges, assemblées
  • veille citoyenne et juridique et diffusion d’information

Publics cibles

  • migrants
  • grand public
  • citoyens

Thèmes de travail

  • droit
  • éducation
  • migration
  • paix
  • femme et genre