Institut Veblen

Carte d’identité

L’Institut Veblen a été créé fin 2010, partant du constat que les crises environnementale, financière, économique et sociale, par leur ampleur, ne laissent guère de doute : nos sociétés « pensent de travers » et organisent mal l’économie. Il y a urgence à œuvrer pour une société soutenable dans laquelle le respect des limites physiques de la planète va de pair avec une organisation sociale plus solidaire et une économie plus démocratique qu’aujourd’hui. La mission de l’Institut est ainsi de « participer à la réforme de la pensée économique en assurant la promotion des principes d’une économie sociale et écologique adaptée aux enjeux du développement durable ».

L’association agit comme un « think-tank » dédié à la transition écologique et collabore étroitement avec une variété d’acteurs de la société civile, à différentes échelles : réseaux internationaux d’experts (universitaires, institutionnels), et d’ONG, milieux politiques, syndicats, administration publique, mouvements sociaux et collectifs citoyens, médias et acteurs de terrain. Il agit en France mais travaille très étroitement avec des réseaux européens et internationaux.

Le pari de l’Institut Veblen est d’essayer d’établir des ponts entre ces trois champs que sont la réflexion académique sur l’économie, la définition des politiques publiques et l’expertise technique sectorielle. Des ponts sur le plan de la réflexion, des ponts également entre les différents acteurs qui travaillent à ces différents niveaux.

Une compétence clef de l’Institut est de parvenir à travailler avec différents acteurs sans vouloir se substituer à aucun, et de faire émerger une vision cohérente à la place des approches sectorielles et des expertises cloisonnées qui dominent encore le débat.

Objectifs

L’Institut se focalise sur les enjeux économiques, en définissant ces enjeux de trois façons :

  • Il est nécessaire de renouveler la pensée économique elle-même, la théorie économique dominante étant particulièrement mal adaptée pour répondre aux défis et constituant un véritable obstacle intellectuel sur le chemin de la société durable.

  • La transition écologique a besoin de politiques publiques qui ne la réduisent pas à un simple « verdissement » du système actuel. De nombreuses questions se posent comme notamment Quelle politique de l’emploi permettra d’aller vers une société post-croissance, et avec quel pouvoir d’achat ? Quel système monétaire et financier pourra y contribuer ? Quel sera le nouvel équilibre entre le marché, l’Etat et d’autres acteurs dans la production des biens et services ? Quelles sont les nouvelles façons de consommer, de produire, de travailler, de vivre ensemble ? Quel sera le rôle de la participation citoyenne ?

  • Ce travail de proposition ne saurait faire économie des savoirs techniques venant des secteurs concernés : transports, énergie, agriculture, habitat, systèmes de production, etc. Pour l’association il s’agit de savoir impliquer les spécialistes dans un travail tourné vers les propositions de réforme.

Modes d’action

  • production d’expertise
  • plaidoyer, lobbying, stratégie d’influence
  • action médiatique : tribune, papier d’opinion, campagne
  • publication d’ouvrages, de revues
  • rencontres, échanges, assemblées

Thèmes de travail

  • économie
  • démocratie
  • droit
  • gouvernance