Nuclear Transparency Watch (NTW)

Carte d’identité

Faisant suite à l’appel lancé en décembre 2012 par de nombreux eurodéputés de différentes tendances politiques, le réseau européen de vigilance citoyenne sur la sûreté et la transparence dans le nucléaire « Nuclear Transparency Watch » (NTW) a été instituée en association de droit français lors d’une Assemblée Générale Constitutive en 2013. La première présidence a été assurée par la députée européenne Michèle Rivasi. Cette fonction a été reprise en 2016 par l’actuelle présidente de NTW Nadja Zeleznik, experte technique slovène au sein de l’organisme Milan Vidmar Electric Power Research Institute (EIMV), et présidente du Groupe de travail sur la Préparation et Réponse aux Accidents Nucléaires (EP&R).

NTW s’intéresse et contribue à tous les domaines de la sûreté nucléaire pour apporter une contre-expertise indispensable dans ce domaine ainsi que dans celui de la protection de la santé et de l’environnement. Cette exigence de vigilance citoyenne concerne l’ensemble des activités du cycle nucléaire : sous-traitance, politique de prolongation de la durée d’activité des centrales, gestion des accidents nucléaires et responsabilité civile, coûts de la sûreté nucléaire, gestion des déchets radioactifs.

NTW vise ainsi à permettre à la société civile de se mobiliser à l’échelle européenne et d’être soutenue dans ses actions dans les différents contextes nationaux, afin de renforcer la transparence au service de la sûreté nucléaire, au profit d’une meilleure protection des personnes et de l’environnement.

Pour NTW il s’agit également d’appliquer la Convention d’Aarhus sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement au secteur du nucléaire.

Le réseau d’associations de NTW s’appuie également sur la Convention d’Espoo afin d’interpeller les Etats et les institutions européennes sur les impacts environnementaux transfrontaliers des activités nucléaires.

En février 2018, NTW compte 48 membres répartis en 24 organisations membres (avec parfois plus d’un représentant) 14 experts qualifiés, ainsi que 6 élus locaux et parlementaires européens. Ces membres représentent 17 pays de l’UE et trois pays hors UE (Russie, Ukraine, Turquie). Depuis 2013, le nombre de membres de NTW a doublé, et 2017 a été l’année avec le plus grand nombre de nouveaux membres, ce qui montre l’attractivité croissante du réseau, y compris à l’international.

Objectifs

NTW a pour objectifs :

1) de sensibiliser les décideurs et la société européenne sur la nécessité d’accroître la transparence des activités nucléaires,

2) d’élaborer une contre-expertise de la société civile sur la sûreté nucléaire au niveau local, national et européen,

3) d’apporter un soutien à des initiatives et des organisations locales de la société civile dans les États membres.

Il s’agit de prévenir et anticiper afin de réduire la probabilité d’un accident majeur en Europe.

Modes d’action

  • production d’expertise
  • plaidoyer, lobbying, stratégie d’influence
  • action médiatique : tribune, papier d’opinion, campagne
  • rencontres, échanges, assemblées

Thèmes de travail

  • environnement
  • responsabilité
  • information
  • gouvernance