Navigation : Présentation

DOCUMENTS À TÉLÉCHARGER

Les notions-clés de la fondation

Démocratie technique

La démocratie technique desserre l’alliance exclusive entre le savant et le politique face aux défis posés par le développement des sciences et des techniques. En donnant la parole aux profanes dans des espaces publics de controverse avec les chercheurs et les décideurs, elle conforte le sens des responsabilités individuelles et collectives au sein des sociétés démocratiques.

En savoir plus

Gouvernance

Le terme de gouvernance s’entend, pour la FPH, comme « l’art d’organiser dans l’espace public, les mises en relation entre les intérêts des citoyens et entre les échelles – locale, nationale, régionale, mondiale – l’art de produire des règles du jeu porteuses de sens, prenant en compte la complexité de nos sociétés, permettant le dialogue et l’action collective ».

En savoir plus

Éthique et responsabilité

Dans un système mondialisé où les interdépendances entre les êtres humains, entre les sociétés et avec la biosphère ont changé d’échelle, d’ampleur et même de nature, il n’y a pas d’avenir de l’humanité sans accord à tous les niveaux possibles sur les conditions du « vivre ensemble ». Au-delà des questions d’éthique ou de valeurs personnelles qui relèvent de la sphère culturelle, religieuse ou privée, la clé de voûte d’un monde responsable réside dans la capacité à identifier, construire et sécuriser des systèmes sociaux et politiques de co-responsabilité dans lesquels on sait qui est responsable de quoi et devant qui.

En savoir plus

Société durable

Le fonctionnement actuel de nos sociétés basé sur le développement matériel a largement détérioré et réduit le capital nature de notre planète. Inégalités sociales et dégâts environnementaux sont les conséquences directes de ce modèle, sans oublier les possibles dérives autoritaires et politiques qui pourraient résulter d’une compétition croissante pour l’accès à l’énergie et aux ressources naturelles. Continuer sur cette voie serait suicidaire. Les limites de notre planète sont finies et pour pouvoir survivre, l’humanité doit adopter des modes de vie et de développement compatibles avec les limites de la nature. La transition vers ce type de société, qualifiée de société durable, passe par l’invention de nouveaux modes de pensée et d’action.

En savoir plus

Intelligence collective

Avec le développement d’internet, la multiplication des sources d’information et la surabondance des contenus ont rendu nécessaire le développement d’outils de gestion et de structuration de l’information : les outils et méthodes d’intelligence collective. Base de données, moteurs de recherche, sites ressources, logiciel de cartographie conceptuelle, sites de mutualisation de l’information, autant d’outils destinés à une lecture plus pertinente et à une sélection plus efficace de l’information disponible.

Interculturel

Pour la FPH, qui travaille à l’émergence d’une communauté mondiale, la notion d’interculturel est essentielle. Comment écouter chacun, dans le respect de sa culture, sans tomber dans le communautarisme ni dans l’indifférence ? La cohabitation interculturelle se pose à toutes les échelles- de l’individu à l’échelle mondiale-, et dans tous les milieux – faire travailler ensemble des représentants de plusieurs continents dans les entreprises, mais aussi dans les institutions.

En savoir plus

Subsidiarité active

La « subsidiarité active » est une philosophie et une pratique de la gouvernance qui part d’une nécessité essentielle du monde moderne : concilier l’unité et la diversité. À l’heure où l’interdépendance nous unit, la gestion de la complexité du monde moderne, notamment du point de vue de l’action publique, est le fait d’une combinaison de « milieux » et de « réseaux » dont aucun n’est clos. Si aucun problème important ne trouve de solution satisfaisante à une seule échelle, à l’avenir, le partage des compétences sera l’exception et l’articulation des compétences, la règle. Cette double exigence d’unité et de diversité constitue un défi théorique et pratique auquel prétend répondre la notion de subsidiarité active.

En savoir plus

Oeconomie

Le mot « oeconomie » est formé de deux mots grecs : « oïkos », qui veut dire le foyer, l’espace domestique, et « nomos » qui est la règle. Utilisé jusqu’au 18e siècle, il a été peu à peu remplacé par le mot « économie ». Or la définition étymologique décrivait exactement le problème auquel nous sommes confrontés aujourd’hui et qui n’est pas repris dans le concept d’économie. « L’oïkos », la demeure commune, dans un monde devenu interdépendant est désormais la planète. Et bien gérer l’espace commun, c’est produire du bien être pour tous dans le respect des limites de la planète, c’est construire un modèle économique alternatif, c’est construire une oeconomie.

Vous êtes ici : Présentation > Histoire

Histoire

La FPH a trente ans. Le projet en cours est l’héritier de ces trente années de travail.

La période 1982-1989 a été consacrée au soutien de projets associant réflexion et action. Plusieurs centaines de projets ont été financés dans les différents continents. Ils ont concerné des thèmes tels que : politiques de développement, santé, éducation, habitat, agriculture, création d’entreprise, micro-crédit, environnement, réflexion sur l’avenir de la planète.

La période 1990-2002 a vu l’abandon du soutien à des projets ponctuels au profit de la construction de réseaux internationaux à dominante thématique. La fondation s’est également engagée plus fermement sur les méthodes d’échange, de diffusion et de capitalisation de l’expérience. A partir de 1994, la fondation a apporté un soutien important à la naissance et au développement de l’Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. Ce réseau regroupait, de façon non institutionnelle des citoyens et des organisations du monde entier. Cet appui a débouché sur la rencontre internationale de Lille en 2001.

Depuis 2003, tirant le bilan de la période précédente, la FPH continue à soutenir l’émergence d’une communauté mondiale par l’appui à la construction de réseaux internationaux, à l’élaboration d’analyse et de propositions partagées, et à des stratégies de plaidoyer au niveau local, régional ou international.

La fondation en chemin 
 
  • LA FONDATION EN CHEMIN N°1
    Votre fondation qu’est-ce que c’est au juste ? Que fait-elle ? Comment reçoit-elle les demandes de financement ? A quels domaines s’intéresse-t-elle ? Comment sélectionnez-vous les projets ? Autant de questions souvent posées. Cette fondation en chemin n°1 se veut à la fois carnet de route et note d’étape. C’est un premier bilan pour le Conseil de Fondation, du chemin parcouru depuis 1983. C’est aussi, espérons-nous, un moyen de renforcer le dialogue avec nos partenaires et d’élargir le réseau d’amis de la fondation.
    PDF - 1.9 Mo
  • LA FONDATION EN CHEMIN N°2
    Dans la fondation en chemin n°1, la présentation de nos orientations a souffert de l’imprécision de certains mots tel que « progrès », « sciences », « développement » et « recherche et développement » et la place faite à de projets menés dans des pays du Tiers monde a pu donner l’impression que nous avions pour vocation presque exclusive de travailler qu’avec celui-ci. Certains se sont étonnés de la place réservée dans nos statuts à la francophonie. D’autre, enfin, n’ont pas perçu la cohérence évidente entre les projets soutenus et les objectifs poursuivis. Ces observations nous ont obligés à préciser notre propre pensée.
    PDF - 2.7 Mo
    La fondation en chemin 2
  • LA FONDATION EN CHEMIN N°3
    La fondation pour le progrès de l’homme n’a pas cessé son activité au cours de la période sabbatique qu’elle a décidé d’ouvrir au début de 1989 et de clore à l’été 1990. Bien au contraire. Ce document d’étape en témoigne, qui rassemble l’ensemble des « papiers » de préparation de l’Assemblée Générale des 18 et 19 octobre 1989. De tels documents pourraient être considérés comme relevant de notre « cuisine interne ». Nous ne le pensons pas. Constatant qu’ils nous arrive souvent, dans nos contacts avec nos partenaires, d’y faire référence, nous avons jugé utile de les présenter sous forme ramassée, pour pouvoir les remettre lorsqu’ils le souhaitent. Les documents comportent presque tout autant d’interrogations que de certitudes : ils appellent au débat.
    PDF - 3.8 Mo
  • LA FONDATION EN CHEMIN N°4
    Lorsque nous étions encore sous les lambris de l’Avenue Raymond Poincaré, un de nos partenaires latino-américains de passage à Paris, nous dit un jour, d’un ton charmant, un peu grave, un peu amer : "Je n’ai pas les moyens de me payer une année sabbatique, moi. Il faut que je vive, vous comprenez ? Pour réfléchir, çà oui. J’aimerai bien me payer le luxe de réfléchir d’avantage, moi aussi … Mais vous ne vous rendez pas compte du contexte dans lequel nous travaillons …" Une telle remarque ne peut laisser indifférent. Elle est à la fois pertinente et discutable, demande à être respectée et analysée, nous incite à rendre quelques comptes ; c’est la moindre des choses.
    PDF - 3.5 Mo
  • LA FONDATION EN CHEMIN N°5
    Rendre compte très simplement à nos amis et proches partenaires de quatre ans de notre histoire (début 1991 à fin 1994), tel est l’objectif de cette cinquième livraison de la « fondation en chemin ». Il était temps de le faire. Pendant tout ce temps, certain ont suivi de près l’évolution globale de la Fondation, mais beaucoup d’autres nous disent avoir quelque peu « décroché », en dehors du programme spécifique auquel ils participent au sein de la FPH.
    PDF - 5.1 Mo
  • LA FONDATION EN CHEMIN N°6
    Ce volume est le sixième d’une série qui compose une sorte de carnet de route : les Fondation en chemin sont là pour garder la trace de nos différentes étapes, des questions que nous nous sommes posées au fil du temps. Elles sont un peu le revers de documents de présentation et de prospective tels que le projet 1996-2000 : ouvrir une Fondation en chemin ce serait un peu comme jeter un coup d’œil dans le rétroviseur. On n’y voit pas tout, il y a des angles morts, la vision est déformée, mais cela donne une idée de ce qui se passe derrière. Conduire sans rétroviseur est toujours possible, mais ce n’est pas très pratique et un peu dangereux.
    PDF - 3.8 Mo
  • Rapports d’activité  
     
  • Rapport annuel 2014 (PDF - 2.5 Mo)
  • Rapport annuel 2012-2013 (PDF - 2.5 Mo)
  • Rapport annuel 2011 (PDF - 3 Mo)
  • Rapport annuel 2006 (PDF - 2.5 Mo)
  • Rapport biennal 2004/2005 (PDF - 326 Ko)
  • Rapport d’activités 2003 (PDF - 406 Ko)
  • Projet 2003-2010  
     
  • Télécharger le projet (PDF - 252 Ko )
  • Carnet de bord 
     
  • Voir le carnet en DIAPORAMA
  • Télécharger le carnet au format PDF (2.8 Mo)
  • FPH siège social et bureau en SuisseAvenue Charles Dickens, 6CH 1006 Lausanne - Suisse ++ 41 (0) 21 342 50 10 contact.lausanne@fph.ch
    FPH bureau de Paris38, rue Saint Sabin75011 Paris - France + 33 (0) 1 43 14 75 75contact.paris@fph.ch